Archives pour la catégorie “Ecole”


Mépris : c’est le mot qu’évoque l’attitude de la municipalité sur la réforme des rythmes scolaires,   que la ville a choisi de n’appliquer qu’à la rentrée 2014. Mépris tout d’abord pour les parents d’élèves et leurs associations : en mai, la ville a consulté les parents avec trois scénarios d’emplois du temps possibles, mais sans associer les représentants des parents et sans tenir compte du 4ème scénario qu’ils proposaient. La consultation s’est donc déroulée dans le plus grand désordre : dans certaines écoles, elle n’a tout simplement pas eu lieu ; dans d’autres, la ville n’a pas pris en compte les réponses recueillies par les associations (mépris, disions-nous). Au final, un taux de réponses enregistrées très bas (12%, alors que 2 fois plus de familles se seraient en réalité exprimées) et des résultats « officiels » très contestables. Mépris également pour les 22 directeurs d’école, eux aussi tenus à l’écart de la consultation ­- peut-être parce qu’ils s’étaient unanimement prononcés contre la réforme ? Mépris enfin pour le conseil municipal : le 27 juin, nous y avons soumis un projet de déclaration demandant le retrait de ce décret, qui creusera les inégalités entre élèves des communes riches et des communes pauvres. Non seulement la majorité ne l’a pas voté, mais elle s’est dérobé à tout débat sur ce sujet pourtant fondamental !

Si, comme à nous, préserver le caractère national et égalitaire du service public de l’Education vous semble essentiel, venez en faire part à Mme Cordillot lors de la prochaine réunion de « concertation » !

Comments Pas de commentaire »

C’est décidé : à la rentrée, la pause de midi passera à deux heures dans les écoles de Villejuif. Ce changement était sans doute nécessaire pour accueillir toujours plus d’enfants à la cantine, mais on peut s’inquiéter des conditions d’accueil pour les activités que la ville veut mettre en place, notamment dans les écoles qui connaissent de sérieux problèmes de locaux. Pour qu’il ne s’agisse pas d’un simple gardiennage, la ville devra consentir de gros investissements.

Notre groupe avait donc proposé de repousser d’un an la généralisation des nouveaux horaires, d’autant que, dès la rentrée 2014, il faudra mettre en place la réforme des rythmes scolaires, ce qui posera les mêmes problèmes de locaux et de personnel - mais en pire puisqu’il s’agira cette fois-ci de prendre en charge la totalité des élèves !

Cette réforme, le ministre Peillon veut la mener contre l’avis quasi unanime des enseignants, des parents d’élèves et des élus locaux (un exploit, après 5 ans de critiques de la méthode Darcos !). Elle obligera la municipalité à modifier de nouveau les horaires et à proposer des activités périscolaires qui devraient coûter plus d’un million d’euros par an à notre ville déjà surendettée. Qui paiera ? Comment les socialistes peuvent-ils défendre cette réforme, qui reporte une charge importante sur les villes et ne pourra qu’accentuer les inégalités territoriales et sociales ? Comment imaginer que toutes les villes, riches ou pauvres, pourront offrir des activités aussi intéressantes ? Si cette réforme va à son terme, c’en sera vraiment fini de l’idéal républicain d’égalité au sein de l’école publique.

Comments Pas de commentaire »

Face aux défis qui attendent notre pays, nous devons prendre en main notre destin, avec un programme ambitieux qui tient en trois mots : Produire, Instruire, Construire.

Pour préparer l’avenir, l’éducation est cruciale. Or, depuis des années, notre système scolaire subit d’innombrables attaques qui mettent à mal le service public de l’éducation et le rendent chaque jour moins efficace et plus inégalitaire.

Loin des promesses irresponsables et irréalistes, redonner à l’éducation la place qui doit être la sienne au cœur des politiques publiques, ce sera : sanctuariser les moyens de l’Education Nationale ; restaurer un climat d’autorité et de calme ; offrir une pédagogie adaptée aux élèves en difficulté.

Les villes auront leur rôle à jouer dans ce redressement, puisque qu’il leur revient d’offrir les meilleures conditions matérielles aux élèves de maternelle et de primaire. Nous serons donc très attentifs  à ce que, à Villejuif, malgré des budgets très contraints, les moyens alloués à l’entretien des écoles, aux fournitures, aux activités périscolaires, soient préservés et que tout soit mis en place pour scolariser dans les meilleures conditions les enfants des 10 000 nouveaux habitants que la ville prévoit d’accueillir dans les années à venir.

Prochainement, l’acte 3: Construire.

Comments Pas de commentaire »

La SEMGEST est l’entreprise semi-publique (c’est-à-dire détenue par la ville) qui fournit nos cantines, gère les Esselières et organise les événements comme les  fêtes municipales.

Or, depuis qu’à notre demande expresse, la présentation des résultats financiers a été clarifiée,  il apparaît que l’activité « restauration collective » réalise un bénéfice de 450 000 euros, soit un taux de profit de 10% ! En clair,  la SEMGEST a reçu des familles et de la ville 450 000 euros de trop pour faire la cantine. Et les familles qui la paient seront peut-être étonnées d’apprendre qu’elles contribuent ainsi indirectement à financer les fêtes offertes par la municipalité… Grand seigneur, la SEMGEST a proposé de ne pas augmenter ses tarifs cette année. C’était bien le moins !

De plus, nous avions dit l’an dernier que le coût d’introduction du bio était excessif. Ces chiffres montrent que l’on pourrait en introduire davantage pour le même prix ; avec 12% de bio nous sommes loin des recommandations du Grenelle de l’Environnement.

La délégation pour la restauration scolaire va être renouvelée en 2012. Les familles doivent se mobiliser pour que les conditions d’intervention de la SEMGEST soient complètement remises à plat dans ce domaine qui pèse très lourd dans leur porte-monnaie.

Comments Pas de commentaire »

Lors du conseil municipal du 27 mai, il nous a été proposé de voter l’introduction du bio à la cantine. Notre groupe s’est abstenu sur cette introduction telle que proposée, c’est-à-dire avec une augmentation de 16 centimes par repas avec du bio seulement dans 3 entrées ou desserts par semaine. Outre l’absence de toute clause sur la provenance des produits (une pomme bio peut venir de l’autre bout du monde, ce qui rend le bénéfice écologique douteux), la quantité de bio introduite est trop faible : avec ces 3 composants bio sur les 25 servis en une semaine, cela fait moins de 12 %, alors que le Grenelle de l’environnement exige 15% en 2010 et 20% dès 2012.

Avec si peu de bio, l’augmentation du prix est nettement trop élevée (deux fois trop, d’après les études qui montrent que le bio coûte environ 30% plus cher). Le fait que la municipalité ait pour l’instant décidé de ne pas répercuter cette hausse sur les familles n’y change pas grand-chose : il faudra bien que les 70 000 euros supplémentaires soient payés par nos impôts.

Voir notre compte rendu du conseil municipal sur www.modem-villejuif.fr

Comments 2 commentaires »

Lors du conseil municipal de décembre, nous avons redit combien le prix facturé par la SEMGEST à la ville (et par contrecoup aux familles) pour la cantine scolaire nous paraît excessif (5,78 euros par repas). Pour justifier ce tarif, la SEMGEST explique dans un dépliant envoyé aux parents d’élèves, qu’outre les denrées alimentaires, ce prix comprend divers services (transport, fournitures, animations…). Mais une étude détaillée des bilans révèle qu’en réalité ces services ont un coût très faible (2,5 centimes par repas pour les animations ; 8 centimes pour le transport ; le coût des fournitures est infinitésimal…). À part l’alimentaire (2,43 euros par repas) le plus gros poste de dépense est sans doute le personnel, mais étrangement (?) les tableaux figurant au bilan de la SEMGEST ne permettent pas d’évaluer ce coût.

Nous avons donc demandé que la SEMGEST communique une ventilation du coût par repas des différents postes, qui seule permettrait d’établir des comparaisons pertinentes avec d’autres villes. Le poids de cette dépense pour de nombreuses familles justifie qu’on exige plus de rigueur et de transparence dans ce dossier.

Comments Pas de commentaire »

Tous les parents d’élève ont reçu la lettre de rentrée de Mme le Maire qui, tout en profitant de l’occasion pour critiquer le gouvernement, se félicite des travaux réalisés dans les écoles pendant l’été. Or la réalité sur le terrain est parfois en décalage avec ce discours. Finis, les travaux de peinture à Joliot-Curie ? On ose espérer que non vu l’état de certaines cages d’escalier et les pots de peinture qui encombrent les couloirs. Mieux, on lit sur le site de la ville : « Les trois nouvelles classes créées [aux Hautes-Bruyères] seront achevées dans quelques semaines [...]. D’ici là, les élèves sont accueillis dans des locaux inutilisés et spécialement aménagés sur l’ancien site. Toutes les conditions sont réunies pour débuter l’année sereinement, se félicitaient parents, enseignants et élus. » Traduction : la rentrée s’est faite dans des installations provisoires et tout le monde est absolument ravi. Mais de qui se moque-t-on ?

Pendant ce temps, les difficultés s’accumulent pour les familles : une cantine toujours hors de prix et une municipalité mal gérée contrainte de réduire ses services. Dernière mauvaise nouvelle en date : pas de centre de loisirs les 24 et 31 décembre. Et après ?

Comments Pas de commentaire »

Les trois rapports que nous allons examiner à présent concernent la SEMGEST et, même si c’est un hasard du calendrier, il n’est pas mauvais qu’ils nous soient soumis le même jour que le budget primitif tant le poids de nos relations avec cette entreprise est important dans le budget municipal (3 millions pour la restauration et 2,5 millions pour l’événementiel, soit au total près de 5,5 millions de dépenses pour la ville) - et tant ces relations sont symptomatiques de la gestion contestable dont souffre notre ville… Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Voici la tribune du MoDem parue dans le N°110 ! de Villejuif Notre Ville - la quinzaine, 29 Janvier 2009. Ce magazine est disponible en ligne ici. Cliquez sur suite pour lire notre tribune.

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Madame le Maire,
Madame l’Adjointe à la culture et à l’éducation,
Mesdames et Messieurs les conseillers,

L’école publique est l’objet de vifs débats. Pour l’essentiel, nous partageons les inquiétudes que la majorité municipale a exprimées et longuement débattues à plusieurs reprises lors des conseils municipaux précédents. Des consultations sur l’école ont été mises en place dans la ville, et nous y avons participé activement car nous considérons que l’éducation et l’école publique sont des sujets majeurs qui méritent la plus grande attention pour l’avenir de notre pays. Il nous semble qu’un large consensus s’exprime sur les objectifs qui doivent être poursuivis.

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »