On croyait avoir tout vu dans ce conseil, mais non : panique de fin de mandat aidant, Mme Cordillot a voulu mettre la charrue avant les bœufs et osé soumettre au vote un texte à trous et sans les annexes. Quel texte ? Tout simplement le bail emphytéotique par lequel la ville louera pour 1 euro symbolique à l’Association des musulmans de Villejuif, pour 99 ans, le terrain de l’ancienne gendarmerie. Mai s comme la ville n’est pas encore propriétaire du terrain et que le permis de construire de la mosquée n’est pas délivré, le texte est truffé de blancs ; on ignore par exemple quelle sera la surface allouée aux activités cultuelles et aux activités culturelles et le plan n’est pas annexé au bail. Cela n’a pas empêché les élus communistes et socialistes de voter ce texte-mystère. La validité d’un tel vote est douteuse. Le préfet sera alerté sur cette question.

Ce vote scandaleux vient conclure (provisoirement) une gestion calamiteuse du dossier, qui voit la municipalité faire preuve d’une mauvaise foi éhontée, notamment sur les questions financières. Elle refuse ainsi d’admettre que ce projet de mosquée (de deuxième mosquée, puisqu’il en existe déjà une, mais qui n’a pas bénéficié du même soutien) coûtera au moins 2,1 millions d’euros aux Villejuifois (valeur des appartements neufs que la ville s’est engagée à céder au département en échange du terrain). Refus aussi de répondre sur la capacité de l’Association à financer la construction, alors que le bail emphytéotique nous donne pourtant un droit de regard dans ce domaine !

Devant de tels procédés, l’opposition rassemblée a adopté une déclaration commune : déclaration commune de l’opposition sur la mosquée.

Répondre