Lors de la concertation sur le Plan Local d’Urbanisme, les réunions sur le patrimoine ont connu une forte affluence et il s’y est exprimé avec enthousiasme un désir de préservation et de mise en valeur.  On pouvait donc espérer que ces demandes seraient entendues.

Or dans le projet de PLU voté le 22 avril, la protection du patrimoine bâti est réduite à presque rien. À part pour les bâtiments classés, elle se limite à une liste d’immeubles remarquables qui, en pratique, ne sont pas protégés du tout puisque le PLU « autorise sous conditions strictes la démolition totale ou partielle de ces bâtiments, dans un souci de pragmatisme, ces derniers se situant au cœur d’un espace urbanisé en évolution et en mutation ». En clair : dès lors qu’un projet permettra de densifier le quartier, la beauté d’un bâtiment ne le sauvera pas. Rien non plus, aucune « charte du patrimoine », pour préserver le caractère faubourien de la rue Jean-Jaurès, par exemple.

Ceci est cohérent avec l’absence totale de mise en valeur de notre centre-ville et ses bâtiments les plus remarquables. La construction de l’immeuble de la Médiathèque illustre à quel point la majorité actuelle est incapable d’imaginer une ville dont les Villejuifois pourraient être fiers.

Notre patrimoine naturel est aussi menacé puisque, comme nous le craignions, il apparaît dans ce PLU que le parc des Hautes-Bruyères verra bel et bien sa surface rognée par les constructions de la ZAC Campus Grand Parc.

Tout doit-il céder à la volonté de construire toujours plus ?

Ce projet de PLU sera soumis à enquête publique à l’automne - la beauté n’est pas un luxe, faites entendre votre voix !

Répondre