C’est décidé : à la rentrée, la pause de midi passera à deux heures dans les écoles de Villejuif. Ce changement était sans doute nécessaire pour accueillir toujours plus d’enfants à la cantine, mais on peut s’inquiéter des conditions d’accueil pour les activités que la ville veut mettre en place, notamment dans les écoles qui connaissent de sérieux problèmes de locaux. Pour qu’il ne s’agisse pas d’un simple gardiennage, la ville devra consentir de gros investissements.

Notre groupe avait donc proposé de repousser d’un an la généralisation des nouveaux horaires, d’autant que, dès la rentrée 2014, il faudra mettre en place la réforme des rythmes scolaires, ce qui posera les mêmes problèmes de locaux et de personnel - mais en pire puisqu’il s’agira cette fois-ci de prendre en charge la totalité des élèves !

Cette réforme, le ministre Peillon veut la mener contre l’avis quasi unanime des enseignants, des parents d’élèves et des élus locaux (un exploit, après 5 ans de critiques de la méthode Darcos !). Elle obligera la municipalité à modifier de nouveau les horaires et à proposer des activités périscolaires qui devraient coûter plus d’un million d’euros par an à notre ville déjà surendettée. Qui paiera ? Comment les socialistes peuvent-ils défendre cette réforme, qui reporte une charge importante sur les villes et ne pourra qu’accentuer les inégalités territoriales et sociales ? Comment imaginer que toutes les villes, riches ou pauvres, pourront offrir des activités aussi intéressantes ? Si cette réforme va à son terme, c’en sera vraiment fini de l’idéal républicain d’égalité au sein de l’école publique.

Répondre